FAQ’s

Est-ce que le système de semis direct Claydon peut fonctionner dans des exploitations où le compactage est un problème ? 

Oui. En fait, l’un des atouts du système Claydon est qu’il réduira de façon spectaculaire le compactage de sol. Les systèmes de labour et de culture légèrement préparée créent des “lits de semence duveteux” qui sont compacts et forment une apparence de béton quand un engin y passe ou quand les dents de sous-soleuse passent par le sol.

Avec le système Claydon, les épaulements de sol entre les rangs de semis retiennent la circulation toute l’année, la pulvérisation, la mise en balle et l’épandage ne constituent donc pas un problème. Le nombre de lombrics doublera au cours de la première année de semis direct si vous utilisiez jusqu’alors un système à base de labour et ils feront tout le travail de cassure et de relevage du sol à votre place. La dent avant du semoir peut pénétrer jusqu’à 18 cm ; elle élimine tout compactage et crée un canal de drainage pour engendrer un environnement de croissance parfait.

 

Nous devons labourer à cause du vulpin des champs. Comment gérez-vous les mauvaises herbes ?

La philosophie de Claydon quant à la gestion des adventices est de maintenir les graines de mauvaises herbes là où nous pouvons les contrôler ; au-dessus du sol. Labourer n’élimine pas les graines d’adventices parce qu’il faut plusieurs années pour les faire mourir dans le sol. Le labour ne fait que retourner les adventices dans le sol et provoque l’infestation de la couche arable par ces dernières à différents niveaux, lesquelles germent ensuite à différentes époques tout au long de la période de croissance.

La herse-étrille Claydon est arrivée sur le marché il y a 3 ans pour permettre de créer un faux semis sur planches d’ensemencement. La herse-étrille passe à travers le champ à vitesse élevée (25km/h) et crée une micro-couche meuble sur les 2 premiers centimètres de terre. Du fait que la herse-étrille fonctionne seulement à une faible profondeur, elle ne relâche pas d’humidité du sol et permet donc une germination rapide des mauvaises herbes. La herse-étrille peut être utilisée plusieurs fois dans une saison et elle est incroyablement rentable car les pièces d’usure coûtent à peine 0,45 € par hectare.


 

Le semoir Claydon fonctionnera-t-il sur nos sols et avec notre climat ?

Oui. Nous avons maintenant plusieurs centaines de semoirs qui produisent d’excellents rendements et font faire des économies sur chaque type de sol et dans chaque micro-climat du Royaume-Uni et d’Europe. Nous serons heureux de vous mettre en contact avec nos clients actuels qui réalisent d’excellents résultats dans des conditions similaires aux vôtres.

 

Nous avons une exploitation de polyculture et nous aimons donc épandre du fumier et faire de l’ensilage de maïs. Est-ce que le semoir nous sera utile ?

Oui, l’épandage fonctionne très bien tant qu’il est appliqué dans des conditions climatiques raisonnables. Pas de problème pour laisser le fumier au-dessus du sol, le semoir Claydon Hybrid a un excellent dégagement et il passera donc sans obstacle. Il vaut mieux épandre le fumier sur la couche supérieure, où les quantités de microbes sont les plus élevées, de sorte que le fumier se décompose rapidement, libérant N et P organiques dans la zone racinaire.

Si vous décidez d’incorporer le fumier, la herse-étrille Claydon le fera à faible profondeur ou bien le semoir passera sans problème sur un terrain préparé.

Le semoir Claydon mettra en place une forte culture céréalière directement dans un chaume de maïs, à condition que les céréales aient été moissonnées dans des conditions raisonnables et que le champ ait été laissé nivelé. S’il y a des traces de roues profondes, vous devrez repasser sur le terrain avec un cultivateur léger ou une presse. Il vous faudra également examiner de près les niveaux de mycotoxines présentes dans le sol et adopter un solide programme de fongicides après le maïs. Le semoir Claydon implantera des cultures de maïs de bonne qualité pour l’ensilage ou les cultures de couverture ; cependant, la plupart de nos clients préfèrent utiliser un semoir à maïs pour semer le maïs d’ensilage.


 

Constaterons-nous des rendements réduits ?

Absolument pas. A condition que vos sols soient déjà dans un état correct, vous devriez constater des rendements comparables ou améliorés dès la première année. Les mythes concernant une baisse des rendements au cours des premières années de semis direct s’appliquent uniquement aux semoirs à disque qui créent des rainures compactées et reposent sur l’accumulation de matières organiques pour produire de forts rendements. Le semoir Claydon utilise une technique brevetée à deux dents qui casse le compactage, crée le drainage et favorise les structures d’enracinement très profondes et complexes.

En éliminant le travail préalable du sol, le système Claydon permet aux agriculteurs de viser des dates de semis optimales et donc de mettre en place les semis dans un lit de semence chaud et humide qui favorisera la germination rapide, le tallage et la vigueur des plantes.

L’exploitation Claydon réalise en moyenne plus de 10 tonnes/hectare pour le 1er et 2ème blé et 4-5 tonnes par hectare pour le colza. Dans les essais effectués récemment par Saaten Union, le semoir Claydon a produit une augmentation de 26 %  des rendements de blé par rapport aux terres cultivées avec charrue, sur 17 variétés différentes.